de Roland Schimmelpfennig  |  Printemps 2014 - Théâtre Prospero, Montréal

C’est à un repas «thaï-chinois-vietnamien» que vous convient les cinq hôtes de cette soirée. Au menu : mets asiatiques, contes et personnages prenant vie autour des tables d’un restaurant… entre nouilles ramen, pad thaï et cris. Cris? À la cuisine, un jeune Chinois souffre atrocement d’une dent cariée. Sans papier, sans argent, impossible de l’emmener chez un dentiste; il faudra opérer à froid. Mais la dent vole et retombe… dans la soupe numéro 6! À qui va-t-on la servir? Est-elle déjà en route vers la salle?

 

Le Théâtre Décalage et les Productions Quitte ou Double joignent leurs forces pour offrir une expérience théâtrale unique. Leur intérêt commun pour la dramaturgie contemporaine les a menés vers l’un des auteurs les plus prolifiques de sa génération, l’Allemand Roland Schimmelpfennig, qui signe un texte caustique où les codes habituels du théâtre sont bousculés. Engagé, vif, déroutant, Le Dragon d’Or est une fresque qui s’élève contre l’injustice criante et la place accordée aux immigrants.

Crédits

Texte

Roland Schimmelpfennig

Traduction

Hélène Mauler et René Zahnd

Mise en scène

Mireille Camier

Interprétation

François-Olivier Aubut, Jean Antoine Charest, Carmen Ferlan, Amélie Langlais et Luc Morissette

Assistance à la mise en scène

Julie Berson

Direction de production

Véronique Lachance

Dramaturgie

Sophie Devirieux

Scénographie

Julie-Ange Breton

Conception sonore

Marie Rondot

Costumes

Mathieu Prud’homme

Éclairage

Renaud Pettigrew

Attaché de presse

Daniel Meyer

Communications

David Blais

Production

Productions Quitte ou Double et Le Théâtre Décalage

Critiques

« La pièce se démarque par son inventivité, sa justesse et son originalité, très rafraîchissantes et fascinantes à observer. »

Éloïse Choquette, pieuvre.ca


« […] Carmen Ferlan, impeccable dans tous les rôles qu’elle joue ici […] »

Lucie Renaud, Revue Jeu


« […] les corps des comédiens se donnent totalement à cet exercice conceptuel totalement surréaliste. Ils font tous face aussi à une mise en scène de Mireille Camier qui, soyons honnêtes, a totalement assimilé l’esprit désinvolte et engagé d’un auteur européen qui a compris les enjeux de son époque. »

Élie Castiel, Séquences

Photos : Marc-André Goulet

Les bandes annonces de Le Dragon d’Or ont été produites par Le département audio-visuel

L’Arche est éditeur et agent théâtral du texte représenté